TRIATHLON M EMBRUN ET RUN AND BIKE

10 août 2014 - 23:27

CR du triathlon et du run&bike d’Embrun des 10 et 12 Août 2014 par Véronique BARRAU

 

 

 

 

J’avais une très grande appréhension pour ce M d’Embrun.

En effet les barrières horaires étaient assez sévères pour laisser la place au Grand Prix FFTRI qui se déroulait le même jour à midi.

Or Vincent m’a annoncé un dénivelé de 1300m sur le parcours vélo et j’avais du mal à imaginer que je pourrai respecter les barrières horaires vu les temps de montée que j’avais fait dans les cols Alpins début Juillet pour de tels dénivelés.

Ensuite, je gardais un mauvais souvenir de mon premier M à Gueret de début Juillet. Bien qu’ayant eu l’immense plaisir de monter sur le podium (3eme de ma catégorie), la sortie de l’eau seule et en bonne dernière est une expérience plutôt traumatisante.

C’est donc avec la boule au ventre que je suis rentrée dans l’eau ce 10 Juillet à 6h50.

Dès les 1ers pas, je suis déjà concentrée sur ma course, mon objectif étant de ne pas me faire éliminer et de ne pas terminer dernière.

C’est sans surprise que je vois les 1eres partir très vite devant. Cela ne me trouble pas,  et je prends rapidement mon rythme de natation habituel au milieu du peloton des 10 dernières.

Au 1er tiers du parcours, des torpilles me doublent : ce sont déjà les 1ers hommes (partis 10 min après moi). Je ne peux m’empêcher de faire quelques brasses pour admirer avec envie leur style et leur glisse.

Arrivée à la moitié du parcours, me voici rattrapée par le gros du peloton : coups de pieds, coups de bras, j’ai eu le sentiment d’être prise au piège au milieu d’une grosse vague submersive. Après avoir bu 4 fois la tasse, je m’arrête de nager en me demandant combien de temps cela va durer. Un nageur m’attrape la jambe pour se redonner de la vitesse. Il est gonflé ! S’en prendre comme ça moi qui peine dans les dernières … Par vengeance, je lui attrape la jambe pour me redonner de l’élan.

Je ne peux pas rester comme ça, il faut bien avancer … Alors j’essaie de reprendre mon crawl, en m’arrêtant très (trop) régulièrement avec quelques brasses pour voir où j’en suis. Je constate qu’une autre femme est en train de peiner à côté de moi. Ce n’est pas bien de se réjouir du mal des autres, mais j’avoue que cela m’a donné du courage de voir que je n’étais ni seule ni dernière. Je termine donc ma natation en 44 min (soit le même temps qu’à Guéret), et en dessous de mes 50 minutes habituelles en piscine. Je suis contente donc d’avoir tenu mon chrono, mais je me fais la promesse intérieure qu’il faut vraiment que je travaille ma natation l’hiver prochain.

Au parc à vélo, je suis rassurée de constater que je ne suis pas tout à fait dernière (3 femmes et des hommes arrivent encore). Je prends le temps de manger et de boire car je sais que le parcours vélo démarre par une longue montée, et comme je n’arrive pas à me ravitailler en plein effort,  je constitue ma réserve d’énergie avant de repartir.

Dès la sortie du parc vélo, je double 3 ou 4 femmes qui peinent avec le réglage de leur vitesses. J’entame sereinement la montée, forte de mon expérience en montagne de début Juillet.

Les montées, faux plats, descentes s’enchaînent. Je double pas mal de concurrents : ceux qui montent lentement, ceux qui n’arrivent pas à gérer correctement leurs braquets, ceux qui ont crevés, 1 VTT…

Arrivée à Saint Apollinaire (plus haut village) : grosse surprise : la montée est déjà terminée !! En fait le dénivelé total de cette course est de 800m (et non 1300 m). Je termine donc la descente et le dernier faux-plat à ma vitesse maximale, clôturant la partie vélo en 1h59, soit très loin avant les barrières horaires.

Je prends là encore le temps de me ravitailler en sucre et en eau (+ une pause  pipi !) avant d’entamer la partie CAP. Il a falloir que j’apprenne à me ravitailler en course, car décidément je perds beaucoup de temps dans ces transitions !

Après le 1er km difficile, je prends mon rythme de croisière pour la course à pied : mon objectif est de doubler un maximum de femmes !  J’accélère progressivement jusqu’à l’arrivée, et je termine ma course « bien », contente d’avoir tenue mon objectif avec des temps comparables à ceux que je réalisais pendant les entraînements pour chacun des sports.

Bilan : 817/843, 56e de ma catégorie, nat 44 min, vélo 1h59, CAP 54 min , total  3h50 (meilleur temps que Vincent l’an dernier, mais le niveau global de cette course est aussi plus élevé cette année !) .

Au-delà de l’aspect sportif, ce triathlon est absolument splendide : eau du lac propre et pas froide, paysages magnifiques sur la partie vélo qui surplombe le lac de Serre-Ponçon, Cap autours du plan d’eau d’Embrun. Aucun regret donc de l’avoir fait, et merci à Vincent de m’avoir poussée dans cette aventure !

Deux  jours après (12 Août), Vincent et moi faisons ensemble le run& bike : 22km 500, 780m de dénivelé. Notre stratégie était déjà rodée et le parcours connu : comme nous sommes tous les 2 de vieux diesels (donc pas très forts en « fractionné »), nous avons fait le choix de ne pas alterner trop rapidement pour avoir le temps de bien se lancer à chaque fois. Et le parcours est bien adapté à cette stratégie : d’abord une très forte montée avec un passage à 28% et ensuite une longue descente bitumée permettant au cycliste de se reposer.  Correctement entraînés et avec le beau VTT tout neuf que Vincent a acheté début Juillet, nous terminons 33e /41 avec un temps total de 2h04, soit 20 min de mieux que l’année précédente, mais là encore avec un niveau global des concurrents plus relevé.

Mais est-ce l’eau du lac ou le syndrome du triathlète ? J’ai été victime dès le soir du M de gros problèmes gastriques, que  j’ai pu gérer la course du run& bike, mais j’avoue que je le suis sentie assez mal juste après et j’ai mis 2 bonnes semaines avant de retrouver une digestion à peu près normale. Je dois aussi travailler la partie alimentation avant et pendant la course !

Pendant ces quelques jours sur place, nous avons passé un peu de temps avec Pascal qui se préparait à son Embrunman,  et cela fait toujours plaisir de croiser du « Dassault Sport » au milieu de tous les clubs.

Véronique

Commentaires

MARATHON NEW YORK 8 mois
Nouvelle page 8 mois
HALF BUDAPEST PAR LIONEL et 2 autres 11 mois
TRIATHLON DE PARIS PAR PIERRE BENOIT et 6 autres 1 an
DUATHLON DES NEIGES : nouvelles photos 1 an
DUATHLON DES NEIGES et 4 autres 1 an
LILLE HARDELOT 2016 : nouvelles photos 1 an
TRIATHLON CASSIS 2016 : nouvelles photos 1 an
TRIATHLON DE VERNEUIL PAR EQUIPE 2016 : nouvelles photos 1 an
STAGE TRIATHLON ROMORANTIN 2016 : nouvelles photos 1 an
Nouvelle page 1 an
SEJOUR CYCLO 2016 ARDECHE et STAGE TRIATHLON ROMORANTIN 2016 1 an
STAGE DUATHLON DES NEIGES 1 an
CR TRIATHLON RAMBOUILLET 2015 1 an
TRIATHLON RAMBOUILLET 2015 : nouvelles photos 1 an

Aucun événement sportif

Contribuez au site de votre club !

 Devenir membre