WATTBIKE PARIS 2015

2 mars 2015 - 09:00

CR LAURENT L.

Ce dimanche 1er mars 2015 avait lieu le triathlon wattbike de Paris. Au programme 300m de natation en piscine, 7km de vélo wattbike et 2,5km de course à pied dans le bois de Boulogne (parcours en trois boucles rayonnant autour d'un point central). La piscine Henri de Montherlant est au niveau du boulevard de Lannes, pas loin de porte Dauphine.

 

Mon objectif est d'être sous les 29 minutes (26'38 du pré saint gervais et 500m de différence en CAP).

 

Lever tard, 9h15. Les jambes sont encore un peu lourdes des deux belles séances de course à pied faites jeudi et vendredi avec Crevet'Zilla.  Petit déjeuner tranquille, les affaires sont prêtes depuis la veille (Merci la checklist de Sabrina), comme cela, pas de stress. Arrivée à 10h50 non loin de la piscine, pour un briefing à 11h et départ à 11h30, ça se présente bien. Passage par le retour des athlètes, cela permet de repérer les lieux et de deviner que le gros escalier (la piscine est bien en contrebas de la rue) va bien faire souffrir les cuisses après le vélo.

 

L'activité dans la piscine est déjà bien intense, 4 séries sont déjà parties depuis 9h du matin. L'organisation est bien rodée, comme au Pré Saint Gervais. Récupération du dossard et du sac de transition, direction les vestiaires, changement de tenue express, direction le briefing que je repère tardivement, et qui est sur le point de se finir.  Renseignement pris auprès d'un jeune triathlète qui visiblement n'est pas venu pour le tourisme, le seul point marquant, c'est la culbute interdite. Je croise quelques têtes connues, je suis (presque) un habitué des wattbike maintenant (un quasi fanatique de ces transitions sensorielles uniques).

 

Direction réglage des vélos, je suis position 6. Je rencontre "mon bénévole", un jeune d'origine roumaine dont l'accent convaincrait n'importe quelle nana de se mettre au triathlon ! Quelques minutes sur le vélo pour régler la selle (le précédent devait être un géant), quelques minutes dans l'eau (penser à bien faire coller les lunettes), et c'est le départ.

 

2 personnes par ligne d'eau, c'est très confortable. Le jeune triathlète, en position 7, me montre rapidement ce que "célérité veut dire"... et me colle 50m. Les autres compétiteurs sont d'un niveau moins élevé que le sien, je sors en 2eme position de l'eau en 5'28''.

 

Transition rapide (50') pour se sécher, mettre ses chaussures (double nœud impératif), je saute sur le vélo. Pédalage intense, 1'35 par kilomètre, une cadence proche de 100, je mise sur la régularité... Je m'hydrate et m'éponge régulièrement car il fait bien chaud. Ma chérie, qui est venue (exceptionnellement) me supporter, me fait des signes d'encouragement, ça me fait plaisir. J’entraperçois l’arrivée de Lorianne et Julien, qui sont dans les séries suivantes.

 

L'homme de l’Atlantide maintient son avance, et sort en premier du vélo.  Je le suis avec une bonne minute de retard. J'ai pris l'option de sortir dans le plus simple appareil (je rassure l’auditoire, c’est l’option « trifonction et chaussures »). Les 10m de dénivelé de l'escalier pour récupérer la route font mal aux cuisses, et me permettent de prendre conscience des running trempés.

 

Enfin je suis sur la rue et arrive la bouffée d'air frais. Même pas froid, pas le temps. J'essaye de récupérer une foulée, voire de l'allonger, les cuisses piquent. Aucune idée de la vitesse à laquelle je cours, peu importe, je suis de toute façon à bloc. Vers le début de la deuxième boucle, je croise le jeune triathlète qui n'a pas ralenti...  Cette boucle me paraît interminable, il faut aller au bout d'une allée pour faire demi-tour... mais quel plaisir de croiser sur le retour quelques triathlètes. On s'encourage mutuellement ("sont tarés ces triathlètes" je vous dis... 100 000 ans d'évolution pour organiser des course où on encourage ses adversaires ...). Troisième boucle où je ne croise personne. Puis c'est le retour vers la piscine, je croise ma chérie (qui prétendra m'avoir vu trois fois... mais je ne devais pas avoir suffisamment d'oxygène pour le cerveau). Accélération toute relative dans les 200 derniers mètres, histoire de dire qu'il en reste un peu encore dans les jambes, et c'est la fin.

 

Bilan : 28’54. Je suis dans le contrat (mon voisin m’a collé une minute par discipline, c’est beau la jeunesse !). Belle organisation, bénévoles très sympas, supportrice de qualité (quasi convaincue désormais par la discipline, cela doit être lié à l’évocation du bénévole roumain), c’était un chouette dimanche.

Commentaires

DA TRIATHLON vient de remporter le trophée 100000 visites 9 jours
MARATHON NEW YORK 10 mois
Nouvelle page 10 mois
HALF BUDAPEST PAR LIONEL et 2 autres 1 an
TRIATHLON DE PARIS PAR PIERRE BENOIT et 6 autres 1 an
DUATHLON DES NEIGES : nouvelles photos 1 an
DUATHLON DES NEIGES et 4 autres 1 an
LILLE HARDELOT 2016 : nouvelles photos 1 an
TRIATHLON CASSIS 2016 : nouvelles photos 1 an
TRIATHLON DE VERNEUIL PAR EQUIPE 2016 : nouvelles photos 1 an
STAGE TRIATHLON ROMORANTIN 2016 : nouvelles photos 1 an
Nouvelle page 1 an
SEJOUR CYCLO 2016 ARDECHE et STAGE TRIATHLON ROMORANTIN 2016 1 an
STAGE DUATHLON DES NEIGES 1 an
CR TRIATHLON RAMBOUILLET 2015 1 an

Aucun événement sportif

Contribuez au site de votre club !

 Devenir membre